Pandémie - Covid19 - chap 2

Pandémie : Où nous situons-nous face au Covid19 ? _ Chap 2/5

Second cercle :

S’interroger sur les décisions prises par le gouvernement et qui sont parfois étranges.

A l’occasion de la pandémie : perte de confiance vis-à-vis des politiciens

Ah oui… Comment ne pas se questionner sur les errements de nos gouvernants (je parle ici pour la Belgique, mais cela vaut pour d’autres pays) dans ce qui vient de se passer depuis mars 2020 ? Je ne vais pas faire la liste ici de toutes les décisions prises à l’emporte-pièce (voire même des décisions non prises) par le gouvernement. Nous les connaissons maintenant assez bien. Nous fûmes témoins de ces errements. Mais cela a une conséquence très embêtante pour l’avenir : nous ne faisons plus du tout confiance dans les politiciens. Déjà que ce n’était pas terrible avant, mais maintenant… Être un politicien, faire de la politique est devenu synonyme d’incompétence, de goût pour le pouvoir et de magouilles. Le souci est que du coup, même les personnes bien intentionnées qui veulent s’investir dans la gestion d’une commune, courent maintenant le risque d’être ainsi considérées. Or, gérer une commune, une province, une région, un pays, dans notre démocratie (aussi imparfaite soit-elle) est l’affaire de personnes qui s’engagent dans cette activité. Ces personnes, on les appelle des politiciens. Du coup, nous avons l’impression qu’il n’y a pas de sortie possible à cette situation, d’autant que ces mêmes politiciens accusent la population de ne pas avoir assez correctement et suffisamment obéi aux ordres, et que c’est à cause de cela que les choses ont empirées. Je crains pour l’avenir un absentéisme énorme aux futures élections. D’autant qu’en regardant le montant moyen des revenus des personnes à qui nous avons donné mandat de gérer la communauté, on peut également se dire, à bon droit, qu’elles sont complètement hors des réalités de vie de la majorité de la population. Ça, on le savait déjà, mais cela n’empêche pas de revoir toujours les mêmes têtes, ou les mêmes noms.

Le gouvernement veut-il augmenter ses pouvoirs et diminuer sa transparence ?

Du coup, on pourrait penser que le gouvernement veut augmenter ses pouvoirs et diminuer sa transparence. On pourrait se dire également que les gouvernements sont marionnettisés par des lobbies puissants. Pourquoi le conseil national de sécurité et le Celeval (la cellule d’évaluation qui remet des avis aux autorités publiques dans le cadre de cette pandémie) en seraient-il exempts ? En dehors de ce conseil national de sécurité, le monde politique se fait entendre par son silence assourdissant. Sauf lorsque le nouveau gouvernement fut enfin validé par un vote de confiance (excusez du peu) de la chambre des représentants, et que l’une de leurs premières actions visibles fut de durcir les mesures sanitaires prises concernant le Covid-19, au grand dam de la culture, de l’Horeca pour ne citer que ceux-là, mais aussi en augmentant l’ambiance anxiogène qui règne dans le royaume et en rendant responsable les citoyens de la dégradation de la situation. Nous voyons ainsi apparaître un couvre-feu digne de l’occupation allemande, une diminution du nombre de personnes dans la “bulle”, l’interdiction de manifestations culturelles, la fermeture des restaurants et des bars, et même l’interdiction d’acheter de l’alcool. Mais on voit les transports en commun toujours aussi bondés, certaines activités rassemblant plusieurs dizaines de personnes(3), et des amendes pleuvoir si l’on ne porte pas son masque alors que seul sur une route, ou si l’on est surpris à promener son chien en plein couvre-feu. Ce faisant, non seulement on essaie de remplir les caisses de l’Etat, mais on continue à nourrir l’ambiance anxiogène qui règne, et on retire à chacun la capacité de devenir responsable d’une saine gestion des règles édictés par les élus (dont la majorité ne sait pas ce que c’est de faire ses comptes à chaque début de mois pour voir si on va s’en sortir) et en grande majorité potentiellement anti-constitutionnelles.

Le rêve des banques : faire disparaître l’argent liquide

Nous voyons également comment l’Etat suit les banques dans la volonté de retirer l’argent liquide. A cause du soupçon comme de quoi le virus pourrait être transmis par la monnaie (cuivre et papier), il est recommandé (quand ce n’est pas imposé) de payer par bancontact. Or, différentes études(4) ont montré que le virus Covid-19 pourrait résister environ 4h sur les pièces de monnaie, et un jour sur le papier, pour autant qu’on ait touché cette monnaie avec des mains non lavées et porteuses du virus, lui-même attrapé sur d’autres surfaces, ou alors qu’une personne malade aurait éternué ou toussé près de ces pièces ou billets. Maiiiiiisss… Les banquiers et les gouverneurs des banques centrales ne rêvent que d’une chose : nous priver de notre argent liquide et le remplacer par une monnaie digitale. L’influence des banques et du gouvernement sont telles qu’aujourd’hui, c’est tout juste si payer en argent liquide n’est pas considéré comme dangereux ! Les banques poussent à la disparition du cash comme elles ont poussé à la disparition des chèques, car le stockage et la manipulation de cet argent liquide leur coûte de l’argent. Dans certains pays, l’Etat surveille ses citoyens avec des caméras dans toutes les rues, dans d’autres, au nom de la lutte contre la fraude fiscale et le terrorisme (et maintenant contre le Covid-19), on cherche à contrôler ce que chaque citoyen fait de son argent. Les habitants de Hong Kong avaient pris soin de payer leur ticket de métro en cash pour ne pas laisser de trace de leur participation à une manifestation. Soyons informés que demain, si l’argent digitale était la norme, l’Etat pourrait décider en cas de crise (dont seuls les gouvernements en apprécieront la gravité, évidemment) de ponctionner immédiatement et sans demander notre avis nos comptes bancaires d’un éventuel impôt de crise.(5)

Si des enquêtes montrent que les consommateurs, même ceux qui apprécient les paiements électroniques, ne sont pas prêts à renoncer au cash, force est de constater combien les retraits d’argent au guichet ou aux distributeurs automatiques sont lourdement tarifés (voire interdits), et que le nombre de distributeurs se réduit de plus en plus.

Dans notre prochain article, nous nous inquiéterons des conséquences économiques et sociales des mesures prises par le gouvernement (je parle pour la Belgique).

(3)      https://www.dhnet.be/sports/omnisports/esport/le-shopping-cora-esports-tour-fait-son-grand-retour-sur-fifa-5f69aac39978e2322f34adc8

(4)      https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2020/03/26/coronavirus-combien-de-temps-le-sars-cov-2-reste-t-il-infectieux-sur-des-surfaces_6034549_4355770.html

(5)      https://www.test-achats.be/argent/payer/news/votre-argent-pris-en-otage-par-les-banques

https://trends.levif.be/economie/banque-et-finance/il-faut-eviter-que-les-banques-et-les-gafa-fassent-disparaitre-l-argent-liquide/article-opinion-1330097.html

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.